Piece jointe

Mercredi 2 août: Pilotes au but et un leader toujours décontracté !

Manfred Ruhmer (AUT) a mis juste moins de 5h pour faire cette manche de 319km, la plus longue de la compétition jusqu'à présent. "Oh c'était trôp facile," a-t-il rigolé. "Mais c'est facile à dire après c'est sûr. Moins de cinq heures ce n'est pas mal!" a-t-il en toute modestie. Il a ajouté que les conditions sont bonnes, un peu de vent par ici et là, mais les thermiques étaient bons. En deuxième place au but, c'est Jacques Bott (FRA) avec un grand sourire. "Normalement ce ne sont que les thermiques sous les orages qui montent si fort," a dit Jacques.  Mais dans le ciel aujourd'hui il y avait des bons cumulus et le grand bleu.  "Et les thermiques plus fort étaient les moins turbulent," a-t-il ajouté.  "J'était vraiment content à voler plus de 300km aujourd'hui."

Par contre, Steve Cox (SUI) n'était pas si content. Il préfére les manches un peu plus courte, à courrir plus vite avec les pilotes plus nombreux. Il nous a dit: "Mais c'est toujours super bon à la start quand nous somme tous ensemble," . "Après, il me semble, nous volons seuls, à des des kilomètres l'un de l'autre, et on se voit de temps en temps, comme les vols de cross."

Franz Pacheiner (AUT) a décrit une histoire différente: "J'ai trouvé plutôt un defi aujourd'hui. J'ai manqué la start, et après je n'ai pas pu gagner la plus haute altitude du thermique au dessus du Pic de Bure.  Après, il fallait que je passe  Gap par l'est, car je n'avais pas l'altitude pour suivre les autres par Ceuze. C'était plus lent ce côté.  Puis à Malaup, les thermiques n'étaient pas si bons, et quand j'étais à 20km de la balise de Beynes, j'ai vu Mandi, Jacques et Steve sur le retour.  Donc je savais que j'étais déjà 40km derrière!"

Dans la Classe 5 il y a déjà 4 pilotes au but et au moins quatre qui a atterri un peu partout sur le parcours!  Il faut attendre les résultats plus tard pour voir le classement final.

 

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau